Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

LONG-COURS offre son expertise

EMMANUEL COINDRE A la Conquête du « GRAND CHELEM »

7ème Traversée en Solitaire à mains nues
1 PACIFIQUE NORD – 5 ATLANTIQUE NORD – 1 INDIEN SUD

AUSTRALIE - LA REUNION < 7ème face Océanique en solo, sans assistance et sans escale < 100% EcoPowered < 7000 km d’OCEAN INDIEN à mains nues < 3 mois d’effort dans l’hémisphère Sud < Départ Hiver Austral 2013. Avec le parrainage de la Société LONG-COURS à Montoir-de-Bretagne pour les transports vers l’Australie et La Réunion.

Le plus beau palmarès International à l'aviron d'Océan en solitaire. Détenteur de multiples 1ères et records Océaniques en solo, le skipper Baulois reprend le grand Large durant l'hiver Austral 2013 pour se lancer seul et sans assistance sur l'Océan Indien par sa face Sud, après 5 Atlantique Nord & 1 Pacifique Nord à mains nues... 100% immersion.

« La mer est dangereuse et ses tempêtes terrifiantes, mais ces obstacles n’ont jamais été une raison suffisante pour rester à terre. Prendre du plaisir à naviguer avec discipline. La mer est le cœur du monde du monde où l’on gagne de l’honneur parce que l’on y va avec courage, respect, intelligence et passion. Le bord travaille dans une sorte de journée permanente tourné vers l’objectif ».

Chasseur de records Océaniques, Emmanuel débute sa carrière en voile légère avant de se consacrer à la Course au Large et l'aviron d'Océan. En stand-by fin août sur Carnavon, avant la période cyclonique pour tenter ce parcours de près de 7 000 km. Arrivée prévue après plus de 2 à 3 mois de solitude au milieu de l’hémisphère Sud, sur « The Lady » un canot insubmersible, auto-redressable en carbone/verre de 6.50 mètres.

« Ce septième Challenge s'inscrit dans une cohérence, audace, exigence, sens de l'engagement, capacité d'adaptation, alors quand une idée travaille l'esprit plus rien n'est impossible. Ce qui est difficile ce n'est pas de rester longtemps en mer mais c'est d'aller vite longtemps. J'adopte alors une préparation intransigeante, afin de me permettre de franchir les barrières mentales et physiques communément admises, à la recherche d'une intensité, d'une émotion toujours plus grande, une glisse entre justesse et sagesse. Au service de la conquête, absorbé par la seule lecture du meilleur sillage cerné de tourbillons d’écumes quand la mer s’invite sur le pont, pour l’ineffable volonté de se surpasser et l’envie d’entreprendre. Malgré la difficulté du temps passé seul dans l’effort le plaisir de naviguer avec discipline reste entier ».

Détenteur de multiples premières mondiales et records Océaniques en solitaire :
- 1er Solo 6 Océans face Nord, 5 à l’aviron (3 W/E - 2 E/W) et 1 en Hydrocycle (E/W)
- 1er Solo 5 Océans face Nord, à l'aviron (3 W/E - 2 E/W)
- 1er Solo de l'Atlantique Nord en aller/retour dans la même année (E/W - W/E)
- 1er Solo de l'Atlantique Nord en aller/retour 2 fois (E/W - W/E - E/W - W/E)
- 1er Solo à avoir doubler l’Atlantique Nord USA/FRANCE (W/E)
- Pacifique Nord en Solo, à l’aviron JAPON/USA (W/E) 129 jours en 2005
- Atlantique Nord en Solo, à l’aviron USA/FRANCE (W/E) 62 jours en 2004
- Atlantique Nord en Solo, à l’aviron CANARIES/GUADELOUPE (E/W) 42 jours en 2004
- Atlantique Nord en Solo, en Hydrocycle CANARIES/BARBADE (E/W) 99 jours en 2000
(493 jours en Solo sur les Océans, 41 chavirages, plus de 42 000 km)

« Tirer sur les bras, lever les rames, pousser sur les bras et recommencer. Ma vie c’est ça, j’ai inventé le mouvement perpétuel et si je ne savais pas que chaque coup de rames me rapprochait du but, peut-être deviendrais-je fou ? Déjà cent vingt-huit jours que je rame, 18 heures par jour, ne m’octroyant qu’une pause de quinze minutes toutes les trois heures, qu’il fasse clair ou qu’il fasse noir, mes pensées tournées vers l’avenir et la réussite. Ma position dos à la route m’obligeait à toujours regarder derrière moi, l’immensité du Pacifique Nord, un ciel souvent menaçant, l’aileron de mon canot montant et descendant au grès de la grande houle. Mon univers se limite aujourd’hui à ce bateau, seul espace de confort une cabine d’1m2 dont je suis le seul élément vivant. Je n’ignorais pas que ce parcours situé légèrement au-dessus des 40 degrés de Latitude Nord figurait dans l’esprit des spécialistes parmi les plus dangereux du globe. Mètre après mètre, les avirons à même la paume, pieds nus sanglés, absorbé par la seule lecture du meilleur sillage, cerné de tourbillons d’écumes quand la mer s’invite sur le pont, dribblant entres les cargos et les tempêtes, luttant contre la fatigue. Est-ce que mes mains me faisaient toujours mal, sans doute mais je n’y pensais plus guère, pas plus qu’au froid ou à l’humidité qui étaient devenus comme de vieux ennemis auxquels on a fini par s’habituer. Le matériel comme le skipper tenait le coup, j’étais désormais presque sûr que l’Océan allait nous laisser passer, pourtant je m’interdisais de penser à l’instant où j’allais sortir mes avirons de l’eau pour la dernière fois et les poser sur le pont. A cette minute où mon canot allait courir sur son élan et s’arrêter doucement, à cette seconde où j’allais tourner la tête et regarder devant moi. Ramer, tirer sur les bras, pousser sur les bras, demain j’arrive … »



Homme de défi et de cœur, un éclairage au profit de l’Enfance et de l’Handicap avec l’association « Bout de Vie ».

Pour aller plus loin : www.emmanuelcoindre.com

aucune annexe



À voir également

screen_shot_port.png

Découvrez tous nos services en video !

Que vous souhaitiez d'envoyer vos meubles, d'expédier votre voiture ou simplement quelques colis,...

Lire la suite

MINI_TRANSAT_2015.jpg

MINI TRANSAT 2015 : LONG COURS PARTENAIRE D'AXEL TREHIN

Plus que quelques jours avant le départ de la course !

Lire la suite